Crédit immobilier : possibilité de renégociation des crédits souscrits en 2016

La renégociation de crédit a le vent en poupe depuis que les taux d’intérêt des établissements de crédit n’ont cessé de baisser. En ce qui concerne plus particulièrement le crédit immobilier, le taux affiché en août 2016 est pratiquement la moitié de celui d’août 2013. D’où l’intérêt de renégocier auprès de sa banque afin d’obtenir un taux moindre ou à défaut une diminution de la durée de remboursement.

Possibilité d’emprunter à taux réduit

Quant à ceux qui souhaitent profiter de ces taux historiquement bas pour investir dans la pierre, ils peuvent effectuer une simulation de credit pour découvrir les taux les plus abordables. En effet, selon l’Observatoire Crédit Logement CSA, il est possible actuellement d’obtenir un taux atour de 1,57 % pour un crédit sur 20 ans.

Cela signifie que le moment est idéal pour emprunter, d’autant plus que le prix de l’immobilier a tendance à augmenter. Qu’il s’agisse de construire ou d’acheter une maison, d’acquérir une voiture, de renouveler son mobilier, de s’équiper en high-tech ou de partir en vacances au soleil, le crédit est plus que jamais abordable en ce moment. Il suffit pour cela d’utiliser un simulateur de credit afin d’avoir en main tous les éléments essentiels de l’emprunt.

Des conditions favorables pour renégocier     

Une renégociation de crédit n’est intéressante qu’à la condition que la différence entre le taux de l’emprunt et le taux pratiqué par la banque soit au moins égale à 1 %. Il faut également que le montant du crédit restant dû soit considérable comparé au délai de remboursement. Enfin, la  renégociation doit avoir lieu durant la première moitié de la vie de l’emprunt.

Comme le taux de crédit immobilier a baissé de presque un point depuis janvier 2016, certains courtiers sont déjà contactés par des individus afin de procéder à une renégociation.  Or, ceux-ci ont souscrit un emprunt en début d’année 2016 seulement. En effet, ils peuvent espérer gagner environ 10 % pour un emprunt de 300 000 euros souscrit en janvier de cette année.