Pourquoi recourir à une simulation crédit auto ?

Vous désirez financer l’achat de votre voiture grâce à un crédit auto. Pour cela estimez les mensualités que vous devez avant de vous engager. La simulation « prêt auto » permet de connaître à l’avance le montant de nos mensualités ainsi que le coût total du prêt. Ce qui donne un temps de réflexion au potentiel emprunteur avant de s’engager financièrement dans un remboursement qui s’étale sur plusieurs mois.

La simulation crédit auto concerne un outil accessible en ligne et qui permet de calculer les mensualités d’un « prêt auto » selon le taux moyen en cours. De sorte que selon le montant total du capital dont on a besoin on a la possibilité d’estimer de combien par mois on doit assumer. Surtout qu’une mensualité s’ajoute toujours aux charges courantes du foyer, il importe de vérifier si le montant s’adapte à ses capacités financières. En sachant que les mensualités peuvent varier selon la durée du prêt. Et que plus la durée est longue plus le montant des mensualités est réduit. Cela dit il faut noter que les intérêts augmentent avec la durée. Le plus intéressant reste de ce fait d’assumer un crédit à court terme avec des intérêts moindres et même si le montant des mensualités se retrouve élevé. Autant que sa situation financière le permette il est préférable d’opter pour cette alternative.

Constitution de dossier pour un crédit

Peu importe le crédit contracté, le futur emprunteur doit constituer son dossier et ainsi réunir tous les documents nécessaires. Ceci étant une condition indispensable à l’éligibilité pour un prêt.

Quels sont les documents indispensables ?

Etant donné qu’un crédit concerne un engagement financier et qui peut s’étaler sur du long terme, certains documents sur l’emprunteur se trouvent indispensables pour l’établissement prêteur. Notamment les documents suivants :

  • La copie d’une pièce d’identité
  • Une pièce justificative de domicile récente
  • Un relevé d’identité bancaire
  • La copie des trois derniers mois de bulletin de salaire

Par la suite, selon le prêt contracté et/ou la situation financière de l’emprunteur les documents suivants peuvent être nécessaires :

  • Un justificatif de la somme pour l’apport personnel
  • Une pièce justificative d’opération pour les crédits affectés (exemple : un bon de commande du concessionnaire pour le cas du crédit auto)

L’utilité de ces documents

En premier lieu ces documents sont indispensables du fait des lois en vigueur au niveau du code de la consommation. Ces derniers permettant de juger de la solvabilité de l’emprunteur et de se prémunir de problème de surendettement. Ainsi ceci permet d’ores et déjà de protéger les deux partis dont l’établissement prêteur, l’emprunteur. Pour l’obtention du crédit demandé, il se révèle donc indispensables de fournir tous les documents requis. Un bon dossier ouvre également à une possibilité de négociation pour l’emprunteur.

Le crédit auto règlementé par des lois

Un crédit auto représente comme tout autre crédit une certaine somme. Et si pour l’emprunteur il s’agit d’un engagement financier qui implique des remboursements, pour l’établissement financier il s’agit d’un investissement de valeur. Aussi pour les deux partis des lois sont en vigueur pour leur garantir une certaine protection.

Emprunteur : loi Scrivener

Pour les prêts à la consommation dont le crédit auto nous avons la loi Scrivener. Elle est appliquée depuis le mois de mai 2011. Ainsi pour tous les crédits d’une somme inférieure à 75.000€ pour une durée minimum de trois mois il existe quelques réglementations. Lesquelles sont :

  • L’établissement prêteur est tenu par une obligation d’information et de ce fait doit tenir l’emprunteur au courant des informations liées au prêt contracté.
  • Après la mise à disposition de l’offre à l’emprunteur, ce dernier bénéficie de 15 jours pour délai de réflexion afin qu’il puisse effectuer une comparaison auprès de la concurrence et voir ce qui lui convient.
  • Après la signature du contrat de prêt, l’emprunteur dispose également de 14 jours de délai de rétractation. Un délai qui lui permet de changer d’avis et d’annuler le contrat de prêt.

Loi Neiertz et surendettement

La loi Neiertz vient en complémentarité avec la loi Scrivener et relève du problème de surendettement. Pour cela l’établissement prêteur a le devoir de veiller sur le surendettement d’un emprunteur. Ainsi il doit établir l’offre de prêt en se référant au taux de référence établi par la banque de France. Dans la même optique, des commissions de surendettement sont en place. Ces derniers servent dans les négociations entre établissement prêteur et emprunteur lors de cas d’impayés. A noter que pour veiller sur ce même de surendettement, les foyers surendettés se retrouvent sur le fichier national des incidents de crédits aux particuliers (FICP). Le FICP est accessible aux différents établissements financiers et les inscrits de la liste n’ont plus la possibilité de procéder à un rachat de crédit.

Où peut-on souscrire un crédit auto ?

Le financement d’une auto fait appel à un fond assez conséquent. Aussi pour financer sa nouvelle voiture peu de gens peuvent se permettre d’acheter leur voiture argent comptant de leur propre caisse. Que l’on souhaite acheter une voiture neuve ou une voiture d’occasion, faire appel à un crédit se révèle souvent nécessaire. De ce fait il importe de trouver où souscrire une offre de crédit auto intéressante.

Chez le concessionnaire auto

Lorsque l’on cherche à acheter une voiture il est souvent préférable de s’adresser à un concessionnaire auto dans la mesure où on peut y bénéficier de garanties de quelques années sur la voiture. Puis on peut y trouver différents modèles selon le goût de chacun. En complément de la vente, le concessionnaire met à disponibilité de ses clients une possibilité de prêt afin de fournir un service complet. Différentes offres sont de ce fait mises à disposition dont le pack auto, le crédit ballon, la location longue durée et la location avec option d’achat. Des offres déclinées afin de parer aux éventuels besoins des futurs propriétaires.

Auprès des banques et divers établissements financiers

En premier lieu il est d’usage de s’adresser à sa banque surtout si votre revenu y est domicilié. Puisque les banques mettent souvent à disposition de leur client des offres préférentielles dans le but de les fidéliser. Par la suite à titre de comparaison on peut également voir auprès de la concurrence et effectuer un comparatif des diverses offres bancaires. Mis à part ces établissements traditionnels on peut opter pour les organismes spécialisés dans les crédits à la consommation. Et nombreux d’entre eux sont accessibles rapidement en ligne.

Typologies des ménages surendettés en 2014

Le surendettement est irrémédiablement la conséquence de dettes contractées par les ménages. Cela dit grâce à l’enquête typologique annuelle effectuée par la Banque de France on a pu noter que ces dettes se révèlent  très diversifiées. Parmi celles-ci,  les crédits à la consommation qui s’élèvent à 45,9% de la dette totale étudiée par la commission. A ces crédits s’ajoutent les charges fixes des ménages qui contribuent au surendettement des ménages, en arrivant ainsi à une dette moyenne de 40.253€ en 2014. Quels sont donc les types de ménages surendettés ?

Les personnes seules et les locataires

Les personnes seules donc les célibataires, les divorcés, les veufs sont les plus concernées par le surendettement et représentent à elles seules 64,6% des ménages. Leurs âges varient entre 35 ans et 54 ans pour 53,1%, et 8,1% ont plus de           65 ans. Et paradoxalement les 51,3% de ces personnes seules surendettées n’ont aucune personne à leur charge. Ensuite après viennent les locataires qui représentent 77,5% des ménages surendettés en 2014. Et pour leur cas le surendettement est d’origine spécifique à cause du crédit immobilier.

Les chômeurs et les personnes à revenus inférieurs au Smic

Comme on peut s’y attendre le chômage est souvent accompagné par des problèmes financiers.  Ces derniers représentent les 28,7% des ménages surendettés. L’enquête a permis de constater que le revenu de 76,3% des ménages surendettés est inférieur ou égal à 2000€. Dont les 50,3% de ces ménages ont un revenu inférieur au Smic. Un Smic qui s’élève à  1457,52€ mensuels en 2015.

Autres sources d’informations ici sur le site simulation-de.credit